PENEL : Robespierre moderne

Edwy Plenel, Président de Mediapart

C’est après avoir découvert que les lettres de l’affaire Panama, divulguées pour dénonciation, en 1991 par Mr Plenel, étaient des faux grossiers, que ce dernier écrivait « J’ai oublié que j’étais journaliste. Je me croyais romancier ». Ce fût la première et dernière fois qu’il reconnaissait son erreur.

Depuis, comme le mauvais vin qui pique en vieillissant pour devenir vinaigre, il a évolué en passant de romancier à procureur, en partageant ce poste au service du Parquet National Financier, avec quelques confrères, dont ceux du journal Le Monde.

Maintenant bien installé dans ces fonctions « officielles » d’accusateur-délateur, n’attendez plus d’excuses de ce Robespierre moderne, qui vous conduira à l’échafaud sans jamais vous donner le temps de vous défendre, et peu-importe que les vraies institutions judiciaires, après de sérieuses investigations, lui donnent tort, car il lui suffira de décréter qu’il s’agit alors d’une parodie de justice.

La vraie justice : c’est lui. Les Baudis, Bérégovoy, Sarkozy, Tapie, Fillon , De Rugy le savent bien pour avoir payé très cher les délations destructrices de ce journalisme d’égout.

Baudis, moralement détruit par les immondices déversées par Mr Plenel : peu importe !
Bérégovoy, trainé dans la fange par Plenel et conduit au suicide : peu importe !
Tapie, condamné de fait avec la participation des affirmations diffamatoires de Mr Plenel : peu importe !
Fillon, où comment transformer une erreur morale en déconfiture politique et sociale : peu importe !
Sarkozy, traqué sans relâche quitte à inventer des délits imaginaires à la Plenel : peu importe !
De Rugy, politiquement et moralement détruit par le jugement sans appel de Mr Plenel : peu importe !

Le principal étant de faire le buzz, garant de la bonne santé de son compte d’exploitation, en brandissant au nom d’une moralité de café de commerce, des soi-disant faits plus discutables qu’inéluctables.
Ces soi-disant « faits », fruits d’une enquête à charge bâclée, et fort de partis pris habiles à donner du fourrage à sa clientèle populiste.
Peu importe, quelques œufs cassés valent bien cette omelette. Sauf à oublier le délit fiscal d’escroquerie à la TVA de Médiapart, fait bien jugé celui-là, on pourrait presque penser que la vertu morale n’appartienne qu’à lui seul.

Plenel et Tournaire accusés d’escroquerie en bande organisée et de détournement d’argent public.

246 : C’est le nombre de pages argumentées du jugement de la 2ème chambre du tribunal correctionnel de Paris qui établit que le dossier d’accusation dans l’affaire Tapie/Crédit Lyonnais est vide ! Encore un jugement à classer dans la catégorie des parodies de justice, dixit Médiapart.

Des années d’investigation au frais du contribuable, des gardes à vue, des perquisitions, des centaines de pages de conclusions…… seulement pour servir la farouche volonté d’un juge à fabriquer sa vérité et celle d’un journaliste complice, à faire du buzz !

Et, comme si la note n’était pas assez salée, il nous faudra payer le pourboire suite à l’appel du Parquet, dont personne ne doute qu’il se munisse de moyens conséquents pour une cause perdue d’avance.

Une telle dispersion de moyens consommés expliquant la pénurie des moyens de notre justice du quotidien, qui justifie l’obligation des juges, faute de moyen, à oublier le dealer de banlieue, à relaxer le voleur de vélos ou libérer l’agresseur de vieilles dames.

En concentrant les efforts et les moyens de la justice sur des sujets racoleurs au service des populistes de tout poil, on fâche par laxisme, le français, travailleur honnête, avec la justice du quotidien, qu’il paye cependant pour ne pas être servit de la garantie de sa sécurité qui lui est dû.

Dernière minute :

Pour avoir dit lors d’un cours : « L’islam ne reconnaît pas la liberté de conscience. C’est quand même absolument terrifiant », et évoqué « des religions sexuellement transmissibles », Mme L., prof de droit à la fac d’Aix-Marseille, a reçu des menaces de mort, avant d’être placée sous surveillance policière. L’enseignante a déposé plainte le 6 janvier contre Mediapart pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Le site d’information avait en effet publié le nom de l’enseignante et qualifié ses propos d’islamophobes !
Les moyens utilisés par Médiapart pour convaincre le lecteur méritent, par ailleurs, d’être soulignés. Aux analyses approfondies, on préfère les clins d’œil de connivence qui, par le biais d’informations périphériques inutiles, font pencher le lecteur du bon côté. Plusieurs médias reprennent ensuite, tel quel, le récit des deux journalistes de Mediapart, en France et à l’étranger.
L’enseignante, comme d’ailleurs elle le précise elle-même, faisait allusion à une religion qui, comme toute idéologie doit pouvoir faire l’objet de critique, même sous la forme de plaisanterie.
Mais ces médias préfèrent piétiner la liberté académique et hystériser des débats sur les réseaux sociaux où les appels au meurtre désormais se multiplient.
Cette affaire ressemble dans sa dynamique à celle du collège de Conflans-Sainte-Honorine. Un propos mineur dans un cours, un enregistrement vidéo et un tweet anodin par une étudiante donnent lieu un mois plus tard à d’innombrables menaces de mort envers une enseignante.
En un mois, une sorte de justice d’exception s’est mise en place qui incite au lynchage d’une universitaire par médias et réseaux de communication interposés.

Cette nouvelle affaire montre l’emprise croissante de l’islamisme politique à l’Université comme dans l’enseignement secondaire, mais aussi le rôle délétère de certains médias qui n’hésitent pas à relayer les accusations infondées de racisme antimusulman, en ruinant injustement la réputation des individus attaqués et en mettant leur vie en danger.

Je vous laisse imaginer qu’elle aurait été l’activité principale de Médiapart en 1940 ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :