Complot ? Vos avez-dit complot ?

LA MECANIQUE DE LA THEORIE DU COMPLOT OU DU CONSPIRATIONISME
Préambule :   Le complot existe. C’est un projet dissimulé ou trompeur, élaboré secrètement par quelques individus pour en tromper d’autres, ordinairement plus nombreux.
L’histoire en montre de nombreux exemples depuis fort longtemps :Celui de Brutus contre Jules César, celui des généraux contre Hitler dans l’opération Walkyrie, ou ceux de terroristes, de nos jours, contre l’Etat de droit. La théorie du complot, le complotisme ou le conspirationnisme sont d’une autre nature, car ils désignent l’explication prétendue d’un fait historique par les manoeuvres occultes d’un petit groupe malintentionné. Ce sentiment ne supporte pas une analyse sérieuse et rigoureuse.   A la différence de la « théorie du complot »  , « le complotisme ou le conspirationnisme », qui relève du sens imaginatif donné à un évènement, le complot est un constat de vérité établie sur des faits réels constatés.
Les herméneutiques confondent ces deux phénomènes en mélangeant le sens donné à un évènement relevant d’une interprétation, avec l’observation d’un fait réel découlant de la connaissance et de la vérité.
Définition du complotisme ou du conspirationnisme:   C’est une théorie qui récuse la vesion communément admise d’un évènement en cherchant à démontrer que celui-ci résulte d’un complot formenté par une minorité active. Les adeptes de ces théories se veulent plus malins et plus lucides que les autres (y compris les historiens) car ils pensent détenir « la vérité » en interprétant un évènement grace à « des informations »  innaccessibles aux « naïfs ». En réalité, ils confondent le fait de donner un sens imaginatif à l’évènement avec le fait établit par la connaissance de la vérité, le savoir et l’expertise. Leurs théories sont irréfutables car toute critique qui s’y oppose est réputée faire partie du complot ou en ête dupe.        
Les carburants du complotisme :   Le premier carburant qui alimente le complotisme est le complot même qui a toujours existé.Ces complots reconnus par l’examen des faits réels, entretiennent, par extension et association simpliste, l’existence du complotisme. Le second carburant est un cocktail fait d’ignorance,d’inculture additionné à une absence de volonté dans l’éffort de s’intéresser à la recherche de la vérité. C’est une expression courante de la bétise. Le troisième carburant est le défaut habituel d’orgeuil, alimenté par la satisfaction de se prendre pour une « élite qui sait », face aux ignorants naïfs, tous disposés à subir le dictat d’une minorité qui cherche à leur nuire.
Les faiblesses du complotisme :   Une faiblesse du complotisme est l’impossibilité factuelle de désigner les responsables du complot, présentés généralement comme une personne ou un groupe de personnes nuisibles, souvent riches, mais toujours occultes et cachées. Une autre faiblesse du complotisme est l’absence d’évidence dans le mobile qui justifie la conspiration. L’enrichissement ou la recherche du pouvoir étant en contradiction avec les instigateurs, déjà présentés comme riches et puissants. Enfin, l’impossibilité de présenter des faits concrets et vérifiés, comme preuve de la théorie, conduit les complotistes à produirent des « certitudes » fantaisistes, communément rejetées par le bons sens commun.          
La démocratie, source de complotisme :   La pratique démocratique de la démocratie développe et entretient le complotisme, pour deux raisons :   La première est l’absence de conséquences pour ses adeptes dans l’expression et la diffusion de leur théorie, puisque la démocratie est censée permettre la liberté d’expression.   La seconde tient au fait que le perte de confiance envers les élites, notament dirigeante, exacerbe le besoin de rechercher une explication différente à la formulation ou la justification officielle des évènements. En effet le système démocratique fabrique, par sa nature même, le dévellopement de la perte de confiance.
En démocratie, le système du choix des dirigeants est éléctif . Pour être élu, il faut séduire et rien ne sert de présenter des projets contraignants qui ne seront pas appliqués car ils ne seront pas retenus par la majorité des électeurs. Le candidat se trouve donc dans l’obligation de répondre majoritairement aux attentes des électeurs pour avoir une chance d’être élu.
Pour ce faire, il formule donc des propositions favorables aux électeurs pour emporter leur adhésion, tout en sachant que la réalité existante, dans la pratique du pouvoir, ne lui permettra pas d’appliquer ses intentions à la lettre.
Il en découle naturellement une déception, ressentie comme une tromperie, qui affecte la confiance. Ce sentiment de tromperie est une source de recherche et de dévollepement d’une autre explication à travers la « théorie du complot ».
SCHEMA DU DEVOLLOPEMENT DE LA THEORIE DU COMPLOT EN SYTEME DEMOCRATIQUE    
Démocratie = Elections = Promesses électorales favorables
Réalité de la pratique du pouvoir = Impossibilité de satisfaire aux promesses faites
Promesses non tenues = Perte de confiance envers les dirigeants = Sentiment de tromperie

Sentiment de tromperie désagréable = Recherche d’une autre explication

Réponse = Théorie du complot
Carburants : Existence de complots réels. + Inculture, ignorance, bêtise. + Facilité : sans effort d’ expertise.
Avantages : En démocratie, sans conséquences. + Difficilement réfutable. + Valorisation : « celui qui sait. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :