Trois lettres ouvertes à Vladimir

« L’Histoire est indomptable. A trop vouloir la marquer de son génie, on risque qu’elle nous marque de son infamie » : N’est-ce pas Mr. Poutine ?

Ne vois-tu pas ?

Ne vois-tu pas que ton peuple désapprouve le génocide que tu imposes à ses frères ?
Ne vois-tu pas que ton armée pleure d’avoir à massacrer ses courageux cousins ?
Ne vois-tu pas que l’obéissance de tes généraux n’est dictée que par la peur que tu leur inspire ?
Ne vois-tu pas que chaque victoire de tes chars te conduit à perdre la guerre ?
Ne vois-tu pas que tu obtiens précisément le contraire de ce que tu espérais ?
Ne vois-tu pas que tes menaces nucléaires effraient autant ton propre peuple, que le reste du monde ?
Ne vois-tu pas que tes faux alliés  se taisent en attendant ta perte, pour se nourrir de ta dépouille ?
Ne vois-tu pas que le monde entier ne veut plus que « dépoutiniser » la Russie ?  
Ne vois-tu pas que ton image de fin stratège se transforme, aujourd’hui, en l’apparence d’une brute épaisse ?
Ne vois-tu pas qu’a ré inventer le passé, tu t’obliges à rester dans l’histoire comme un tyran sanguinaire ?
Ne vois-tu pas que tes grands rêves, se transforment, un peu plus chaque jour, en tes pires cauchemars ?
Ne vois-tu pas que chaque nouveau mort ukrainien ou russe te rapproche de l’enfer ?

Poutine, mon héros.

Vladimir je t’admire et je ne comprends pas pourquoi le monde n’est pas à tes pieds.
Car, quand même, n’est-il pas admirable, qu’avec la 2ème plus grande armée du monde, forte d’1 million de militaires, de plus de 2000 systèmes d’artillerie, de plus de 3000 chars, de plus de 5000 véhicules de combat, de plus de 40000 missiles, de plus de 1400 avions, tu puisses, certes avec quelques mois de patiente, anéantir un pays de lilliputiens comme l’Ukraine.
N’est-il pas admirable, aussi, de constater que l’adhésion de ton peuple et même de ton entourage immédiat est totale, à voir le peu de voix qui s’élèvent pour s’opposer à ta politique. N’est-ce pas là, dans cette libre expression, que l’on doit objectivement constater cette force d’union qui t’entoure.
Admirable est aussi la qualité de ta stratégie dont l’efficacité redoutable saute aux yeux du monde. Il suffit, pour s’en convaincre d’observer à quel point tu renforces la cohésion de tes ennemis, l’Otan d’abord, l’Europe aussi.
Ta force de conviction m’apparaît également évidente à voir la qualité de tes alliés, comme la Corée du Nord, le Belarus, l’Erythrée ou la Syrie. En toute clairvoyance, tu peux aussi être sûr de l’amour que te porte la Chine, la Turquie, l’Inde et le Brésil, même s’ils gardent un silence prometteur, pour ne pas risquer d’entraver tes nobles actions.
Regarde comme le monde déteste ceux que tu n’aimes pas. Cet Ukrainien saltimbanque, par exemple.
Regarde aussi la qualité de vie de ton peuple avec, tout de même, un niveau de vie annuel de 10.000 dollars par habitant, presque égal au quart de celui de la Belgique. Rien d’étonnant que tu puisses maintenir le salaire minimum extravagant à 150 €/mois, car ton sol et ton sous-sol, eux-mêmes, te sont reconnaissants, avec tes 140 millions de tonnes de blé exportées, avec 1/3 des réserves mondiales en pétrole et gaz.
Tout le monde comprend bien, que si tu n’étais pas sans cesse agressé, par pure jalousie, et donc obligé de consacrer plus de 62 milliards par an à ta défense, ton peuple pourrait vivre confortablement.
Regardes aussi tes amis oligarques, tellement admiratifs de ton intelligence, qu’ils ne puissent rien te refuser. Si cela n’est pas amour, qu’est-ce donc ?  
Je te remercie de ne plus abuser de ton corps d’athlète, de ton regard lumineux d’intelligence, de ton sourire ravageur. Je pourrais fondre à ta flamme d’expression, tellement chargée d’humanité.
Vraiment Vladimir, si je n’ai pas fait la démonstration qui justifie mon admiration, alors je n’ai rien fait.
Je te donne donc rendez-vous au paradis des hommes providentiels, d’où nous pourrons ensemble consulter les livres d’histoires qui, nul doute, feront de toi l’humaniste du siècle, que tu devrais être.    

Admiration.   

Il faudrait être aveugle pour ne pas constater ta réussite exceptionnelle à obtenir… précisément le contraire de tes objectifs.
On pourrait même croire, que tu es servi d’un hasard incroyable, qui n’arrive qu’une fois par siècle.
Fort heureusement, tes objectifs sont aux antipodes des nôtres et tu nous rends un fier service en réalisant nos rêves.
Notre rêve d’une union européenne forte et unie, que tu à galvanisé en quelques jours, alors que nous ramions lamentablement, ces dernières années.
Notre rêve de réveil d’un Otan opérationnel, en démontrant notre besoin de protection et sa capacité à y répondre.
Notre rêve de disqualification de facto de nos trois candidats à la présidentielle française, les plus extrémistes, qui nous collaient aux pates, comme la mauvaise herbe du jardin.
Notre rêve enfin de ranimer la flamme démocratique qui sommeillait en nous au risque de s’endormir définitivement, en nous démontrant, à l’évidence, l’ineptie des dictatures.
Sans toi, il faut bien le reconnaître, le chemin était pour le moins incertain. Tu l’as rendu sûr.
En quelques jours seulement, tu nous à irradié de ton génie. Nous t’en sommes, pas sérieusement, reconnaissant.
Sans vouloir abuser de ta grande générosité, la boucle serait parfaite, si maintenant, tu pouvais détruire l’essentiel de ton armée, en l’épuisant dans une guérilla et une occupation impossible, tout en réveillant ton peuple dans une révolte qui conduirait à ton élimination. Je sais que c’est dans tes cordes, il suffit que tu veuilles strictement le contraire. Bon courage et encore merci.

Un avis sur « Trois lettres ouvertes à Vladimir »

  1. Merci pour cet excellent article. Si je puis me permettre, tu as omis dans ta liste d’alliés au camarade Poutine ce beau pays qu’est l’Ouganda ; le Rambo du Kremlin peut être fier !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :