Du grand vizir

Par Alain

Je ne sais pas vous, mais moi enfant je raffolais des aventures rocambolesques du grand vizir Iznogoud, ce petit bonhomme malingre, hargneux, menteur, cynique et mal intentionné, spécialiste des coups tordus et qui cultive avec détermination l’ambition de ravir le trône du calife Haroun El Poussah. Son obsession revient comme une antienne : Je veux être calife à la place du calife. Pour arriver à ses fins, il multiplie les tentatives les plus diverses, soudoie son entourage, fomente des complots, le tout avec l’aide d’alliés de circonstance pas très futés au demeurant, et bien sûr, ça rate à chaque fois.

Vous allez dire que j’ai mauvais esprit, mais un acteur politique – dans tous les sens du terme –présente nombre de similitudes avec notre héros de BD : le patron de la France insoumise. Voilà un homme qui hante les ors de la république depuis des décennies et, arrivé à l’âge où d’autres, par sagesse, prennent un certain recul, lui se jette avec fougue dans l’arène, persuadé de son destin national… car son saint-graal est d’être calife à la place du calife ! Seulement voilà, une fois de plus il s’est planté, et, en attendant, imbu de son importance, il vient de s’autoproclamer grand vizir ouvrant « une nouvelle page d’histoire pour la France ». C’est très fort et plein d’humilité!

Conscient cependant, que pour arriver à ses fins la pente s’avérait assez raide, il invita rapidement des acolytes à le rejoindre. Ainsi donc, ceux qui hier encore se haïssaient, se lançaient insultes et invectives, présentaient leurs propres idées comme des dogmes, mettent docilement leur haine recuite sous le boisseau et trahissent désormais allègrement leur cause pour une pitoyable rente parlementaire. Les chefs de tribu, après s’être épuisés en contorsions sémantiques, ont mangé leur chapeau et fait allégeance au grand vizir, qui désormais trône au-dessus de la mêlée. Cependant, à ce jeu de bonneteau, tout le monde va y perdre, car ne nous y trompons pas, derrière les grandes envolées lyriques, c’est bien d’un simple accord électoral dont il est question. Lorsque l’on connaît les idées et le programme des quatre partis signataires, un accord de gouvernement tient de la gageure : des Etats-Unis à la Russie, du nucléaire aux éoliennes, de Poutine à l’Ukraine, de l’Europe à l’Allemagne, la liste est fort longue sur leurs désaccords de fond. Cette grande alliance baptisée nupes semble surtout un marché de dupes pour ses électeurs, enthousiasmés par des propositions parfaitement irréalisables, et qui ne tarderont pas, après les élections, à voir se déchirer à nouveau les mariés d’hier.

Dans un album d’Iznogoud, La Horde, un dialogue a attiré mon attention :

« Les féroces guerriers avançaient en rasant tout sur leur passage.

  • Non seulement vous avez tout rasé, mais il faut encore que vous preniez mon or ?
  • Oui, ce n’est que demain qu’on rase gratis ! ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :