De la coupe du monde

Par Alain

Je ne sais pas vous, mais moi je suis fort marri de ne pouvoir me rendre en ce charmant pays qu’est le Qatar afin d’assister à cette fameuse coupe du monde, ce Mondial qui a fait couler tellement d’encre – et de sang –. D’autant, soyons clair, qu’il ne s’agit pas d’une question d’argent : l’immense fortune amassée par mes parents lors de la Garden party franco-allemande de 40-45 me permet quelques libéralités.  Mais comme dirait ma chère tante Apolline « Mon petit, tu n’as pas le don d’ubiquité du Sieur Mélenchon ». En effet, persuadé que cette manifestation se déroulait en été, je m’étais engagé à animer un colloque sur la reproduction des crevettes dans l’Atlantique nord à Honningsvåg*. 

J’estime par contre bien déplaisant ce procès, intenté sans raison valable, à ce petit pays soucieux d’accueillir dans les meilleures conditions les équipes et supporters du monde entier, de respecter la vie humaine et les libertés individuelles tout en préservant la planète. Certains dénoncent les conditions de travail proches de l’esclavage des ouvriers chargés de la construction ainsi que son cortège funèbre.  Allons donc ! La chargée de communication qatari, complaisamment interviewée par un journaliste acquis à la cause, admettait, les yeux humides, le décès par accident de trois ouvriers sur cet immense chantier. Quant aux conditions d’accueil de ce personnel du sous-continent indien, elles étaient décrites par un ouvrier pakistanais  – choisi au hasard – qui ne tarissait pas d’éloge sur son bonheur d’être si bien reçu et entouré.

Que dire encore des critiques formulées par de détestables activistes écologistes sur la folie de climatiser des stades à ciel ouvert en plein désert. Mais qu’ils aillent jouer, eux, par cinquante degrés à l’ombre ! D’autant que cette dépense énergétique est largement compensée par la baisse drastique du chauffage de nos habitations et les coupures d’électricité à venir.

Quant aux  attaques visant le président de la FIFA, elles sont tout simplement abjectes. Voilà un grand personnage dont l’intégrité et l’abnégation ne sont plus à démontrer. D’ailleurs, vous en connaissez beaucoup vous des hommes qui soient à la fois qatarien, arabe, africain, gay, handicapé et travailleur migrant **? Et qui par modestie passe sous silence son statut helvético-italien à cent vingt-cinq mille euros par mois + logement et voiture de fonction  + deux mille euros de frais divers ? Quelle noblesse d’esprit, quel sens du devoir pour ce haut responsable qui vit sa fonction comme un sacerdoce !

Laissons donc tous ces censeurs traîne-savates médire dans leur fange, et soutenons sans réserve les idées progressistes de cet homme admirable.

Enfin, faut-il rappeler à qui nous avons réussi à fourguer nos jolis avions Rafale ? Des esprits chagrins m’objecteront que les distances de ce petit pays ne permettent  pas de grandes envolées ; le simple fait de décoller, vous êtes déjà chez le voisin. Mais là n’est pas la question, quoi de plus harmonieux en effet que l’alignement bien ordonné dans un hangar climatisé de ces bijoux de la technologie française ?

En vérité je vous le dis : oublions ces vilaines positions rétrogrades et chantons en cœur « Vive le Mondial de foot » concentré de toutes les belles réalisations du génie humain.

*Pour les nuls en géographie : Honningsvåg est un grand port de pêche au nord de la Norvège.

** voir l’article du Monde : https://www.lemonde.fr/football/article/2022/11/19/coupe-du-monde-au-qatar-le-virulent-plaidoyer-de-gianni-infantino-le-president-de-la-fifa_6150677_1616938.html.

Un avis sur « De la coupe du monde »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :