Du rétropédalage de l’ébouriffé d’outre-Manche

De Alain,

Je ne sais pas vous, mais moi je ne suis pas mécontent du désordre actuel que l’on constate chez nos ex-amis d’outre-Manche. Je sais, ce n’est ni chrétien ni très charitable et je puis vous assurer que, toute honte bue,  j’en bats ma coulpe avec une ferveur qui laisserait le plus rigoureux des papes tout attendri.  Cela dit, et plus prosaïquement, ça me fait bien rigoler !

Ainsi  donc, la disette les menace ;  l’ombre de la grande famine du XIVe siècle qui terrassa les campagnes, où des scènes de cannibalisme étaient monnaie courante, plane tel un oiseau de proie, sur ce peuple fier et ombrageux, amateur d’eau chaude à la menthe, d’agneau à la menthe et de tout ce qui est susceptible de se manger à la menthe. Bon, j’exagère sans doute un petit peu, néanmoins la pénurie frappe à leur porte.

Pourtant, le déstructuré capillaire, ci-devant Premier ministre de Sa Très Gracieuse Majesté avait promis à son peuple un avenir radieux, loin de cette Europe honnie, retrouvant ainsi sa véritable identité et son passé glorieux, en jetant par-dessus bord ces damnés étrangers, avides de croquer la laine sur le dos de ses braves compatriotes. Le résultat ne s’est pas fait attendre : longues files devant les pompes  pour glaner un peu d’essence, fruits et légumes pourrissant sur pied par manque de personnel, surplus de lait et œufs invendus dans les fermes et promis à la destruction, abattoirs à l’arrêt en l’absence de transports d’animaux, supermarchés où nombre de produits sont absents des rayons.

Mais, à mon avis, il y a beaucoup plus grave et le péril guette l’humanité : l’on manque déjà de préservatifs masculins  – Capote anglaise en français, French letter  en anglais –. Avec pour fâcheuse conséquence de laisser cette ethnie bizarre, incapable d’abstinence, risquer de se reproduire en masse ; vous imaginez d’ici la cata !

Donc, s’il en avait un, l’ébouriffé du 10 Downing street devrait manger son chapeau  – heat his hat –puisque face à cette crise, le voilà contraint de renier ses promesses et accorder plus de dix mille visas à ces foutus étrangers afin de faire repartir l’économie qui est au plus mal. D’autant qu’il est redevable à l’Europe, pour solde de tout compte, d’une petite cinquantaine de milliards d’euros dont nous n’allons pas lui faire cadeau.

Habitué à affirmer tout et son contraire, ce joyeux drille tente désormais de nous amadouer par des déclarations d’amour enflammées qui nous laissent aussi froids que le marbre de l’austère pierre tombale de Wellington. Car ne l’oublions pas, après avoir envoyé ses royaux rafiots contre nos braves pêcheurs bretons, nous avoir déclaré la guerre de la saucisse, le perfide, agissant en sous-main, a donné son dernier coup de poignard dans le joli contrat de vente de nos magnifiques sous-marins. Il sera d’ailleurs fort marri lorsque nous aurons réussi à les fourguer à un autre pays, et si d’aventure ils nous restent sur les bras, nous en ferons une haie d’honneur autour de son îlot par un embargo l’empêchant d’accéder à nos choux et nos carottes.

En résumé, me vient à l’esprit cette brillante pensée d’un grand philosophe du XXème siècle : « L’Anglais est-il une créature de Dieu ? Certes, nous sommes tous des créatures de Dieu. Même la hyène et le chacal chafouin sont des créatures de Dieu ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :