De notre cher président

Par Alain.

Je ne sais pas vous, mais moi je suis particulièrement déçu par l’attitude de notre cher président. J’avoue sans honte l’avoir soutenu jusqu’à présent, attendant secrètement le moment où, la constitution l’empêchant de se représenter à la magistrature suprême, il allait décréter l’Empire. Le sacre de Manu Ier et le couronnement de l’impératrice Brigitte en la cathédrale de Paris, ça aurait de la gueule, et rangerait la classique passation de pouvoir à l’Elysée au rang du pot de l’amitié de l’Association des boulistes de Trifougny-les-Ripagnols.

Mais j’entends d’ici votre questionnement : « Quelle impérieuse raison peut donc provoquer l’ire, le courroux, chez cet homme si doux, dénué de toute pensée négative ? » La réponse est simple : je ne comprends plus la position de notre dirigeant. Deux exemples :

Le Qatar

Conscient des enjeux climatiques et des problèmes énergétiques auxquels nous sommes confrontés, j’applique à la lettre les recommandations gouvernementales en réduisant drastiquement ma consommation. Et c’est là, en dînant froid – pour éviter d’allumer le four – et à la lueur d’une petite bougie, que ma chère tante Apolline avec laquelle je partageais ce moment privilégié, m’a lancé cette réflexion de bon sens dans le langage fleuri qui la caractérise : « Mon petit, on nous prend vraiment pour des couillons; pendant qu’on se gèle les miches, ton président brûle du kérosène en veux-tu en voilà pour aller ce baguenauder et s’arsouiller dans ce pays de sauvages, soutenir une équipe de branquignols qui tapent dans un ballon ! ».

Je ne peux pas lui donner tort, d’autant que trois choses m’agressent dans la vie : le foot, les choux de Bruxelles et les capilliculteurs-bio cosméticiens. Cela dit, ce qui me choque de la part de Celui de qui  j’attendais un peu plus de retenue, ce sont ses propos sur place : « Il faut reconnaître que le Qatar l’organise très bien cette Coupe du monde. L’organisation est bonne, la sécurité est bonne et donc… Ne mégotons pas sur notre plaisir, on est en finale, c’est formidable. » Ben, voyons ! A la trappe les milliers de morts sur les chantiers, les conditions indignes des travailleurs immigrés, les libertés bafouées, la corruption endémique et la pollution engendrée par la débauche d’énergie consommée.

Vous me direz qu’il n’est pas le seul défenseur de ce coffre à dollars. La vice-présidente du Parlement européen, amoureuse transie de ce pays– et qui le lui rend bien – n’a-t-elle pas affirmé dernièrement que « Le Qatar est le chef de file des Droits de l’homme » ? (A ce propos, j’en profite pour rappeler au check Abdoul Al Podevin, attaché à la distribution des valises baladeuses, qu’il a omis de m’inscrire sur sa liste ; une petite valisette suffira, merci).

Le Poutine

Persistant à discuter avec le satrape du Kremlin, notre premier de cordée vient d’annoncer qu’il allait le rappeler, afin de le dissuader de lancer des drones sur les populations civiles de l’Ukraine. Mais enfin, il n’en a pas marre de se faire rouler dans la farine par ce chef mafieux ? Imaginez-vous De Gaulle converser avec Hitler ? Est-il naïf au point de ne pas admettre que cet homme, qui depuis des décennies se maintient au pouvoir à force de mensonges et d’assassinats, qui vomit nos démocraties et élimine toute opposition, est dénué de tout scrupule ?

 Entre les martiaux défilés de la place Rouge et la réalité du terrain, il est désormais acculé dans une impasse par ses propres délires. Sa « grande armée », incapable de lutter face à des militaires ukrainiens  défenseurs de leur terre, est en fait un rassemblement de traîne-savates sans honneur qui s’attaquent aux civils, pillent, violent, torturent et assassinent.  Certains m’objecteront  qu’il est néanmoins indispensable de garder le contact. Sans doute ceux, qui depuis des années, encensaient  son régime et sont bien silencieux depuis quelque temps. Ce triste sire ne comprend que la force et ne reviendra à la table des négociations que contraint.

Alors, que diantre Votre Majesté impériale Monsieur le Président ! Vous qui étiez notre phare dans cette océan obscurantiste, reprenez le flambeau de vos dignes prédécesseurs afin que prochainement le soleil ne se couche plus sur notre empire !

Un avis sur « De notre cher président »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :